SITE EN TRAVAUX

Dernière mise en ligne : ESCHBACH (Inventaires après décès) RITTERSHOFFEN (BMS) UTTENHOFFEN (Inventaires après décès) SCHLEITHAL (naissance 1842-1900) BATZENDORF (BMS)

 

Adresse

1, place de la Mairie
67500 Niederschaeffolsheim

Horaires d'ouverture

Du Lundi au Jeudi : de 08h30 à 12h30
Le Vendredi : de 08h30 à 12h30 et de 14h00 à 18h00

Contacts

Téléphone : +33 3 88 73 84 66
Télécopie : +33 3 88 73 88 68
Courriel : info[ à ]niederschaeffolsheim.fr

Mairie Niederschaeffolsheim DSC 4249

Arrondissement : Haguenau

Canton : Haguenau

Code commune : 67331

 Image

Collection privée

Aperçu historique

Le village de Niederschaeffolsheim est situé aux abords Sud-Ouest du massif forestier de Haguenau et des collines de Brumath dans leurs parties septentrionales.

La Superficie de la commune s'étale sur 618 ha dont 565 ha à vocation agricole. La commune est propriétaire de 134 ha dont 124 ha de terre agricole.

Les premières traces de civilisation remontent à l'époque du néolithique (4000 – 2000 av. J.C.), l'âge de la pierre polie. 28 haches ont été découverte au début du siècle dernier sur le finage de notre commune aux lieux-dits : Zwanzigacker – Heiligestücke – In des Spangen...

Ces trouvailles laissent supposer que les lieux étaient fréquentés par une population ambulante d'origine diverse, que les loess fertile a su retenir pendant une certaine période, au gré des changements climatiques ou invasions.

La transition du néolithique à l'âge de bronze ancien (1800 à 1600 av. J.C.) est attesté par la découverte d'une hache en bronze, d'une exécution assez grossière, pièce coulée probablement sur place par des ouvriers peu initiés à ce nouveau procédé.

Un établissement romain localisé au lieu-dit Seeweilerthal (commune de Kriegsheim) s'étend en partie sur le ban communal de Niederschaeffolsheim. Ce site est matérialisé en surface sur environ 1000 m2 par des moellons calcaires, des fragments de tuiles, de torchis et de la céramique grossière. Mais rien de concret ne prouve l'existence d'un village en cet endroit.

Des tombes franques isolées ont également été trouvé à Niederschaeffolsheim. Il faut attendre le XIIIe siècle, l'an 1210 pour trouver la première mention du village : SCHEFFELSHEIM qui au cours des siècles changera maintes fois d'orthographe : SCHEFFELINGESHEIM – SCHAFFOLTZHEIM – NIEDERSCHAEFFLINGSHEIM – NIEDERSCHAEFFOLSHEIM

Avec le préfixe Nieder pour le différencier de Ober et Mittelschaeffolsheim : localité situées en amont du Rhin. Sans le parler local il s'exprime : SCHAFELSE

Divers propos font allusion à la racine « Schaeff » et le mouton « schaf » sous prétexte d'élevage ovin dans la région, mais qu'on peut considérer comme simplistes.
Une étude linguistique se référant à la topographie pourrait nous révéler la clé de l'énigme : SCAF – SCEF du latin « scafium » qui signifie « la cuvette ».

Quand on observe le relief du village, on remarque que l'actuelle Place de la mairie est centrée dans une cuvette, entourée par des rues qui portent encore des dénominations tels que Hungerberg – Geissberg - Hey = montée.

Le suffixe HEIM est un mot germanique qu'on peut interpréter par : habitation ; il témoigne d'une occupation humaine des lieux gagnés par les Germains sur les Gallo-romains et colonisés au cours des Ve et VIe siècle.

Niederschaeffolsheim dépendait du Grand Bailliage Impérial de Haguenau, qui regroupait ainsi 40 villages et administré par le Schultheiss de Batzendorf.

En 1391, à l'occasion d'une discorde entre la bailli impérial Rudolph abbé de Murbach et les Fleckenstein, le village fut incendié.

Suites aux affres de la guerre de Trente ans (1618-1648) le village était entièrement ruiné et désolé, en sorte que pendant 5 années il n'y avait ni hommes, ni bêtes ... la terre était à l'abandon et inculte.

Le 12 juillet 1790, l'assemblée vota le décret de la Constitution Civile du Clergé. Une grande masse des habitants de Niederschaeffolsheim suivit le clergé et se creusa entre la foi catholique (les aristocrates) et l'esprit de la Révolution (le patriotes) un fossé permanent. Fidèles aux idées de l'Ancien régime, ne voulant pas se plier aux lois républicaines, prés de 60 personnes sont partis en exil et traversé le Rhin pour trouver refuge en pays de Bade. Il en était de même pour le curé Jean-Pierre RAUSCHER qui est parti à Würtzburg en septembre 1792.

Le lieu-dit « im Lager » nous rappelle que les troupes coalisées contre Napoléon 1er y campaient en juin 1815. Récoles, plantations furent détruites et les habitations pillées.

Le première Guerre mondiale se solda par 34 mots et 5 disparus. En 1920, on érigea un monument en leur mémoire. Les autorités nazies, tels des iconoclastes ont détruit les plaques qui portaient leurs noms.

La seconde Guerre mondiale sera encore plus meurtrières pour la population locale, 23 jeunes gens incorporés de force n'ont plus regagné leur foyer, tombés sur les champs de batailles ou mort en captivité. 17 victimes civiles sont décédées des suites de leurs blessures, en novembre et décembre 1944, dans leur cave, les hôpitaux où cherchant refuge à Ohlungen, 9 d'entres-elles ont trouvé leur dernier repos dans une tombe commune.

Un monument dédié à leur mémoire a été inauguré le dimanche 3 novembre 1946, il se trouve à la sortie sud du village.

Durant trois semaines épouvantables, surtout du 24 au 29 novembre 1944, le village fut malmené par des tirs meurtriers de l'artillerie américaine face à la défensive allemande. L'église étant un poste d'observation fut la cible principale. Elle était endommagée à 70 % (la totalité des vitraux, le plafond ainsi qu'une partie du mobilier). L'ancienne mairie (Wacht), l'école des filles et plusieurs maisons ont été détruites. Le sinistre s'élevait à 40 % pour la localité.

En 1371 est mentionnée une église paroissiale, qui n'était probablement qu'une chapelle. En 1401, Saint Michel était déjà à le vocable de la paroisse. A la même époque, Claus Hanewihr est mentionné « Kirch here zu Scheffelingsheim », il en était de même pour Joannes Cirstafel en 1477.
L'origine du sanctuaire remonte au XIVe siècle (partie inférieure de la tour). L'église actuelle a été construite en 1781 d'après les plans du célèbre architecte Alexandre Salins de Monfort, suite à la supplication de la communauté villageoise qui stipulait « que leur église (agrandie en 1747) serait devenue trop petite au point qu'une grande partie de paroissiens étaient obligés de se tenir pendant le service divin aux jours solennels hors de l'église ».

Soixante quinze années après les mêmes problèmes ; la nef fut allongée de 10 mètres en 1854 !

SPITZER Gilbert

Nieder-Schäfolsheim, sur la route de Strasbourg à Landau, a 869 ames c. et une succursale.

L’Alsace. Nouvelle description Historique et topographique des deux départements du Rhin, Jean-Frédérique Aufschlager - 1826

Autrefois village impériale, village du Bas-Rhin, arrondissement de Strasbourg, canton de Haguenau, sur le route impériale de Strasbourg à Wissembourg. 1177 cath.

Source : l'Alsace ancienne et moderne ou Dictionnaire topographie, historique et statistique du Haut et du Bas-Rhin (auteur : BAQUOL - Edition entièrement refondue par P. RISTELHUBER - 1865)

Etymologie

 

Blason

Niederschaeffolsheim

L'armorial des communes du Bas-Rhin, Strasbourg

Travaux réalisés

Dépouillement : Mariages Etat-civil (Auteur : Sylviane SCHALLER)

niederschaeffolsheim ecm

Les dépouillements sont consultables dans notre base de données (consultation réservée aux membres). Il est aussi possible d'acquérir les publications cart

Travaux en cours

Dépouillement des naissances

Commune

En 1789, le village faisait partie des villages de la préfecture de Haguenau (Bailliage de Haguenau)  dépendant du Roi.

Source : l'Alsace ancienne et moderne ou Dictionnaire topographie, historique et statistique du Haut et du Bas-Rhin (auteur : BAQUOL - Edition entièrement refondue par P. RISTELHUBER - 1865)

Administration ancienne

souveraineté 1789, royaume de France
1790, Bas Rhin
département

1793, Bas Rhin
1801, Bas-Rhin
1871, Bas-Rhin (Allemagne)
1919, Bas-Rhin

district 1793, Haguenau
arrondissement

1801, Strasbourg
1871, Kreis Haguenau
1919, Haguenau

canton 1793, Haguenau
1801, Haguenau
municipalité 1793, Niederschaeselsheim

Population

Année - nombre 1841 1 110 1876 1 124 1911 1 055 1962 991
1793 482 1846 1 172 1881 1 171 1921 990 1968 1 042
1800 528 1851 1 212 1886 1 173 1926 1 020 1975 1 202
1806 601 1856 1 155 1891 1 111 1931 1 025 1982 1 222
1821 869 1861 1 177 1896 1 145 1936 1 076 1990 1 267
1831 1 011 1866 1 167 1901 1 094 1946 1 043 1999 1 268
1836 1 096 1872 1 152 1906 1 101 1954 944 2006 1 248

Source : Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui

Maires

1800 - 1803 Jean LANG le Vieux (° 1765 – † 1845)
1803 - 1812 André LANG (° 1763 – † 1813)
1812 - 1815 Jean LANG le Vieux (° 1765 – † 1845)
1815 - 1816 Antoine KREUTHER (° 1775 – † 1854)
1828 - 1855 Jean LANG le Jeune (° 1796 – † 1861)
1855 - 1871 Antoine WENDLING (° 1820 – † 1871)
1871 - 1874 Joseph LANG (° 1819 – † 1874)
1875 - 1886 André STEINMETZ (° 1820 – † 1886)
1886 - 1896 Thiébaut NONNENMACHER (° 1841 – † 1917)
1896 - 1902 Michel LANG (° 1854 – † 1927)
1902 - 1919 Jérôme STEINMETZ (° 1854 – † 1922)
1919 - 1940 Georges PAULUS (° 1867 – † 1941)
1940 - 1944 Michel REPP (° 1885 – † 1957)
1945 - 1947 Joseph STEMMER (° 1905 – † 1982)
1947 - 1953 Michel KREUTHER (° 1896 – † 1982)
1953 - 1977 Ernest PAULUS (° 1908 – † 1980)
1977 - 2001 Émile KAUTZMANN (° 1935)
2001 - …. Fernand VIERLING (° 1952)

Source : Archives municipales

Paroisse

Eglise NiederschaeffolsheimParoisse du Chapitre Rural du Haut-Haguenau

Eglise paroissiale de Saint Michel

Collateur : le chapitre de la collégiale de Saint-Pierre-le-Vieux à Strasbourg

Registres paroissiaux : perdus

 

 

Curés

1685 - (1689) Alain ZIEGLER, OP
1693 - 1704 Jean STUDER, OP
1704 - 1724 Jean Georges HERMANN
1724 - 1734 Antoine Aloïse RINCK, diocèse Augsburg
1734 - 1738 Jean Georges MERCKEL
1739 - 1740 Thiébaud HARTMANN
1743 - 1744 Balthasar NEU de Molsheim
1744 - 1771 Jean Nicolas KAEUFFER de Strasbourg
1771 - 1785 F. Joseph SAND de Haguenau
1786 - 1823 + Jean Pierre Conrad RAUSCHER de Strasbourg

Source : répertoire du clergé d'Alsace sous l'ancien régime 1648 - 1792 (A262 - AD67)

 422 NIEDERSCHAEFFOLSHEIM.

  • 1788 E. Rauscher Pierre, 91
  • 1816 249 Kuhn Antoine, 299
  • 1819 91 Rauscher Pierre, + 1823
  • 1823 672 Rebété Georges, + 1842
  • 1843 197 Velten André, + 1870
  • 1870 aum. Krauth Bernard, + 1882
  • 1882 506 Diebolt Michel, + 1890
  • 1890 198 Braun Aloïse, qui + 1916
  • 1911 689 Loeber Emile.

Année d'arrivée, numéro de la paroisse de provenance, dernier numéro paroisse de destination

Source : Le clergé séculier et régulier de l'Alsace depuis la révolution (Charles Kieffer Ancien archiviste de l'évêché de Strasbourg) - (A259 - AD67)

 

Informations

Paroisse catholique : les registres tenus depuis 1540 ont été détruits lors de l'incendie du tribunal de Strasbourg (1870) bad
Les doubles de l'état civil de 1793 à 1869 y ont été également détruits.

Source : Archives départementales du Bas-Rhin - Adeloch

 

Page-en-Construction

 

 

 

Qui est en ligne ?

Nous avons 128 invités et aucun membre en ligne

Aller au haut