SITE EN TRAVAUX

Dernière mise en ligne : REIMERSWILLER

Adresse

30, rue Principale
67270 Huttendorf

Horaires d'ouverture

Le Lundi : de 17h00 à 19h00
Le Vendredi : de 17h00 à 19h00

Contacts

Téléphone : +33 3 88 51 62 75
Télécopie : +33 3 88 51 57 29
Courriel : mairiedehuttendorf [ à ] orange.fr

 

 

 

mairie Huttendorf

Arrondissement : Haguenau

Canton : Haguenau

Code commune : 67215 

Habitants : Huttendorfois, Huttendorfoise


 

Aperçu historique

Huttendorf est cité dès le VIIIe siècle, l'abbaye de Wissembourg y avait des biens. La localité est une ancienne propriété impériale du bailliage de Haguenau et possédait une mairie.

R.S.

L'église Saint-Vincent. Cet édifice du XVIIIe siècle, abrite un buffet d'orgue à trois tourelles, de Peter RIVINACH (1853), dont les ailerons s'agrémentent d'instruments de musique.

T.R.

ENCYCLOPEDIE DE L'ALSACE - Editions Publitotal, Strasbourg, 1985 

(Hitindorf 12e siècle) village du Bas-Rhin, autrefois village impérial, arrondissement de Strasbourg, canton de Haguenau, sur le chemin du gr commune N° 6 de Zinswiller à Brumath. 3 mines de fer. 478 habitants (cath.)

l'Alsace ancienne et moderne ou Dictionnaire topographie, historique et statistique du Haut et du Bas-Rhin (auteur : BAQUOL - Edition entièrement refondue par P. RISTELHUBER - 1865)

Blason

Huttendorf

 D'azur à la palme d'or posée en barre. »

L'armorial des communes du Bas-Rhin, Strasbourg

Etymologie

alsace ; Hïttedorf ► « le village sur la butte ». Du suffixe germanique –dorf, précédé de la racine paléo-européenne (W)UT qui signifie entre autres « objet présentant un bord plat (butte, plateau, puits...). L'[h-] initial est adventice. ► ► Autre explication : du vieux haut allemand huttia, all. Hütte « hutte, abri en montagne ». (>français hutte).

Lieux dits – Dictionnaire étymologique et historique des noms de lieux en Alsace Editions du Rhin – Michel Paul URBAN 

Maires

1792- An XII François DAULL
An XII- 1806 Michel KLEINCLAUS
1806- 1837 François Joseph DAUL
1837- 1841 Nicolas KLEINCLAUS
1841- 1871 Antoine DAULL
1871- 1886 Georges DAUL
1886- 1896 Georges GUTH
1896- 1914 Georges KAUFFMANN
1914- 1925 Joseph DAUL
1925- 1934 Florent WEBER
1934- 1935 Joseph GUTH
1935- 1942 Jérôme LANG
1942- 1945 Antoine LAUGEL
1945- 1945 Jérôme LANG
1945- 1965 Alfred BARTHEL
1965- 1977 Lucien DURRHEIMER
1977- 1989 Joseph WISER
1989- 2008 Bernard RITTER
2008 - Pierrot WINKEL

Source : Archives communales

Paroisse

Eglise Huttendorf

 Eglise Saint Vincent, Paroisse du CHAPITRE RURAL du HAUT-HAGUENAU

Ancienne paroisse (1454), devenue filiale de Minversheim (1687), jusqu'en 1737 (curé propre)

Collateur : de Flachslanden

Registres paroissiaux : B 1636, M 1655, S 1655

 

 

 

 

 

Curés

1737 - 1749 + Claude François BÉRARD
1749 - 1792 Jean Jacques HOFFMANN d'Obernai

Vicaires

1790 - 1791 Jean BERTSCHY
1792  Matthieu HOFFMANN d'Obernai

 Source : répertoire du clergé d'Alsace sous l'ancien régime 1648 - 1792 (A262 - AD67)

 

1798 THOMAS Laurent
1803 HOLDER Ignace + 1807
1807 THOMAS Laurent
1814 LORENTZ Michel + 1821
1821 NONNENMACHER Nicolas + 1861
1861 GERGES Michel
1869 MARTIN André + 1877
1877 DOSSMANN Xavier + 1888
1888 JACOB Antoine +1902
1902 BRAUN Eugène + 1904
1905 LEHMANN Antoine + 1923
1924 FRITSCH Alphonse se retire 01/06/1927
1927 MEYER Florent

 Source : Le clergé séculier et régulier de l'Alsace depuis la révolution (Charles Kieffer Ancien archiviste de l'évèché de Strasbourg) - (A259 - AD67)

 

 

 

 

 

 

 

Page-en-Construction

 

 

 

 

Adresse

36, rue Principale
67360 Hegeney

Horaires d'ouverture

Le Lundi : de 09h00 à 11h00
Le Mardi : de 14h00 à 16h00
Le Jeudi : de 17h00 à 19h00

Contacts

Téléphone : +33 3 88 09 31 48
Télécopie : +33 3 88 09 54 63
Courriel : mairie.hegeney [ à ] orange.fr

 mairie hegeney

Arrondissement : Wissembourg

Canton : Woerth

Code commune :

Quelques images

Collection privée

Aperçu historique

(Aginoni villa 786, Jeckenheim 1158), village du Bas-Rhin, arrondissement de Wissembourg, canton de Woerth, sur le chemin de Woerth à Haguenau. On y travaille au tour les rubis si fréquement employés maintenant dans le mouvement des montres à cylindre ; cette industtie a été introduite à Hegeney par M. Feurer, il y a cinq ans. 334 habitants (cath.)

Source : l'Alsace ancienne et moderne ou Dictionnaire topographie, historique et statistique du Haut et du Bas-Rhin (auteur : BAQUOL - Edition entièrement refondue par P. RISTELHUBER - 1865)

Hegeney apparaît dans une charte de Wissembourg en 742 sous le nom de Heconheim. Liutfrid fait don à l'abbaye de Wissembourg de quatre fermes (hubae) à Hegeney.

On aurait trouvé près de la route de Morsbronn quelques romaines des IIe et IIIe siècles, mais nous ne disposons d'aucune précision ni sur l'emplace-ment et les circonstances de la découverte ni sur le lieu de conservation ou de dépôt.

R.Sch.

En 1790, la commune fut intégrée au canton de Niederbronn, puis en 1802, à celui de Woerth.

R.S.

ENCYCLOPEDIE DE L'ALSACE - Editions Publitotal, Strasbourg, 1985

Blason

Hegeney

« Parti : au premier mi-parti de gueules à l'aigle bicéphale d'argent, au second d'azur à la fleur de lys d'or. »

 Armorial des communes du Bas-Rhin

Etymologie

Alsace Hajenei ; Aginoni villa 786 ; Heckenheim 1158  << lieu impénétrable >>. Village situé à la lisière de la Forêt de Haguenau. La forme de 786, bien que latinisme, semble écarter une origine germanique : étymon vraisemblable Agonacum, identique à celui de Hagenbach et Hagenthal, de la racine paléo européenne AK, qui sert à nommer les lieux « hostiles, impénétrables » et aussi « sacrés ».

Lieux dits – Dictionnaire étymologique et historique des noms de lieux en Alsace
Editions du Rhin – Michel Paul URBAN

Travaux réalisés

Dépouillement :

  • PAROISSE CATHOLIQUE Les baptêmes, mariages et sépultures Auteurs : Elisabeth BIRSINGER - Jean Marie KLIPFEL)
  • ETAT CIVIL Naissances, Mariages, Décès Auteurs : Jean Marie ATZENHOFFER - Freddy BRACONNIER)
  • NOTARIAT Ancien (Auteur : Jean Marie KLIPFEL)

Hegeney inv  hegeney bms  hegeney ecn  hegeney ecm  hegeney ecd

Les dépouillements sont consultables dans notre base de données (consultation réservée aux membres). Il est aussi possible d'acquérir les publications cart

Travaux en cours

Recensements 

Commune

En 1789, le village faisait partie de la Préfecture de Haguenau (Bailliage de Haguenau) et dépendait du Roi.

Maires

1860 - 1870 Antoine GOETZ
1870 - 1881 Joseph ATZENHOFFER
1881 - 1891 Antoine GOETZ
1891 - 1904 Jean-Michel REINAGEL
1904 - 1919 Joseph WELTZER
1919 - 1926 Michel MUNDWEILLER
1926 - 1932 Albert SCHLOTTER
1932 - 1941 Antoine BAHL
1941 - 1942 Georges ATZENHOFFER
1942 - 1945 Louis SCHNEIDER
1945 - 1971 Charles MORITZ
1971 - 1977 Georges SCHMITT
1977 - 1995 Gilbert RIEGERT
1995 -  Roger ISEL

Source : archives communales

Paroisse 

Eglise Sainte Marguerite, annexe d'Eschbach  (1760-1761) et de Morsbronn (1761-1787), faisant parti du CHAPITRE RURAL du HAUT-HAGUENAU. 

L'église de Hegeney date de l'année 1722. Par décret de 1761, Hegeney fut détachée d'Eschbach, pour être annexé à Morsbronn.

Source : État de l'Eglise d'Alsace avant la Révolution, Volume 1 Par Modeste SCHIKELE - 1877

 

 

 

Adresse

14, rue d'Alsace
BP 40304
67110 Gundershoffen

Horaires d'ouverture

Du Lundi au Vendredi : de 09h00 à 12h00 et de 13h30 à 17h30

Contacts

Téléphone : +33 3 88 72 91 03
Télécopie : +33 3 88 72 86 62
Courriel : mairie [ à ] gundershoffen.fr

mairie gundershoffen

Arrondissement : Haguenau

Canton : Niederbronn-les-Bains

Code commune : 67176

Habitants : Gundershoffenois, Gundershoffenoises

Images

Collection privée

Aperçu historique

(Gonzolinhuns 736) village du Bas-Rhin, arrondissement de Wissembourg, canton de Niederbronn, sur le Falkensteinerbach et la route impériale de Strasbourg à Bitche. Deux moulins à blé et à huile et scierie. Dans les environs on a trouvé des antiquités romaines, surtout dans la partie appelée la Haardt. On y trouve dans la partie appelée la Haardt. On y trouve également de belles pétrification 1336 habitants (634 cath., 646 luth., 6 réf., 83 isr.). Le chemin N° 42 conduit de Gundershoffen à Zinswiller.

Le hameau de Scheuerlenhot et celui d'Engelshoffe, communément appelé die Hölle, font partie de la commune.

 Source : l'Alsace ancienne et moderne ou Dictionnaire topographie, historique et statistique du Haut et du Bas-Rhin (auteur : BAQUOL - Edition entièrement refondue par P. RISTELHUBER - 1865)

Le nom du village peut être dérivé de Gund = pâturage ou bien de Gunther puisque nous trouvons la première orthographe sous la forme de Guntershoven en 1371 (LEHMANN, charte 326). P. RITSELHUBERT. Dictionnaire, donne une mention Gonzolinhus en 736 sans pourtant mentionne la Source.

Le site de la Hardt est déjà habité en 208 après J.C., selon la découverte d'un autel romain daté et dédié à Mercure.

Gundershoffen porte dans ses armoiries « d'argent à l'aigle bicéphale de gueules » rappelant que le village appartenait aux terres d'empire faisant partie du Landgraviat de Basse-Alsace. En 1280 le fief passe aux mains du bailli provincial OTTO III d'OCHSENSTEIN et fera partie du bailliage de Niederbronn dans la seigneurie d'Oberbronn.

Le pont de Gundershoffen verra les LICHTENBERG et leurs alliés rattraper Georges d'OCHSENSTEIN et le comte Schafried de LINANGE, qui seront tous deux emmenés et enfermés pendant plus d'un an dans le donjon du château de LICHTENBERG.

Au décès de Georges d'OCHSENSTEIN (le dernier de la dynastie) le village revient à la famille de DEUX-PONTS-BITCHE. En 1526, il est aux mains du Comte REINHARD de DEUX-PONTS-BITCHE. LICHTENBERG, puis en 1570, il revient en héritage aux Comtes de HANAU-LICHTENBERG, qui introduisent la Réforme en 1571 en nommant le premier pasteur KÜBLER Michel.

Au cours de la Guerre de Trente Ans le village est déserté et les habitants se réfugient jusqu'à Ingwiller (GUGGENBÜHL, Ingwiller). De nombreuses familles suisses viennent repeupler le village après la guerre (14 mariages suisses entre 1661 et 1720).

A la Contre-réforme, une cure royale catholique est installée en 1685 et l'années d'après un prévôt français est nommé.

L'église de Gundershoffen sera soumise au simultaneum de 1715 à 1909, date de la construction de l'église catholique Saint Jacques le Majeur. En 1842-1843, le simultaneum donne lieu à de violents affrontements entres les deux communautés chrétiennes.

En 1758, les communautés protestantes et catholiques reconstruisent une église commune à leurs frais.

A la fin du XVIII ème siècle, la famille de DIETRICH devient propriétaire du village et participe à la construction du presbytère protestant en 1780. En 1784 (38 personnes). En 1793, Gundershoffen est le théâtre de combats entre Autrichiens et Français.

A.M.
ENCYCLOPEDIE DE L'ALSACE - Editions Publitotal, Strasbourg, 1985

Lieux-dits

  • Ingelshof (lieu-dit aussi appelé Hoellenhof par les anciens)
  • Lauterbacherhof
  • Schirlenhof
  • Griesbach (commune associée depuis le 1er septembre 1973)
  • Eberbach-Woerth (commune associée depuis le 1er septembre 1973)

Blason

 Gundershoffen

« D'argent à l'aigle bicéphale de gueules. »

L'armorial des communes du Bas-Rhin, Strasbourg

Etymologie

Alsace Gunderschoff > « la propriété de Gontier » Du suffixe –hoffen « propriété » prédédé au nom d'homme germanique Gunther (> français Gonthier), issu d'un plus ancien Gundhari « armée au combat » (de Gund « combat » et hari « armée »). >>Autre explication : du préceltique condate « confluent » qui, adapté sous la forme gund- en germanique, se retrouve souvent à la jonction de deux cours ou pièces d'eau. Le village est situé à 1 km en amont du confluent de la Zinsel du nord et du Falkensteinbach, sur ce dernier.

Lieux dits – Dictionnaire étymologique et historique des noms de lieux en Alsace Editions du Rhin – Michel Paul URBAN

Travaux réalisés

Dépouillement

Paroisse catholique

  • Baptêmes, mariages et sépultures (Auteur : FAN-GENEALOGIE)

Paroisse protestante

  • Baptêmes, mariages et sépultures (Auteur : FAN-GENEALOGIE)

 

Les dépouillements sont consultables dans notre base de données (consultation réservée aux membres). Il est aussi possible d'acquérir les publications cart

Travaux en cours

Notariat ancien

Maires

2001 à .... Claude MUCKENSTURM

Paroisses

Paroisse catholique

Eglise Saint-Jacques le Majeur, paroisse du CHAPITRE RURAL du HAUT-HAGUENAU - 8 rue de la Paix

Ancienne paroisse passée à la Réforme en 1570, simultaneum probablement en 1685, cure royale, avec annexes

  • Gumbrechtshoffen, passée à la Réforme en 1570, simultaneum en 1687 (RL II, 373)
  • Uttenhoffen, Réforme en 1552, simultaneum 1698 (Cl. MULLER)
  • Griesbach 1695-1696 et 1715-1730

Collateur : le roi

Registres paroissiaux :

  • Gundershoffen : série 2e, BMS 1743
  • Gumbrechtshoffen : B 1757, M 1754, D 1754

Curés

1685 - Jen Frédéric SCHAAL, guillelmite
...  
1692 Joseph KUNTZ
1693 Jean GERARD
...  
...  
1715 - 1717 Jean Christophe SCHMITT
1717 - 1723 Jean EVERLING
1724 - 1753 + Jean Michel JOST
1753 - 1757 + Jean Thiébaut MOSSER d'Obernai
1758 - 1768 Ignace HUEBER
1768 - 1772 + Jean Nicolas SCHIR de Mutzig
1772 - 1781 Thiébaut ARNOLD de Rosenwiller
1781 - 1788 J. Nép. Pierre Harbaur de Neuwiller
1788 - 1792 Sébastien KRUMEICH d'Oberbetschdorf

Elle est indiquée comme annexe de Reichshoffen en 1687 (G 2960)

Source : répertoire du clergé d'Alsace sous l'ancien régime 1648 - 1792 (A262 - AD67)

1802 BIECHELE Mathieu
1811 BARTHEL Frédéric + 1813
1813 HIMMEL Joseph
1816 ROTH François Xavier
1823 HILGER Pierre
1823 SCHENKBECHER Antoine
1826 DEBES Joseph
1828 SPRAUER Joseph
1830 HUYUM Pierre
1831 KAPPS Antoine
1844 FICHTER Louis
1847 SIFFERT Antoine
1855 HUMMEL André
1862 NEISS Fernad + 1880
1879 LOTZ Ernest
1890 SCHACH Florent
1893 GRUSSENMEYER Nicolas
1905 HANNS Martin
1916 SONNTAG Louis
1923 EHRHARD Louis

Source : Le clergé séculier et régulier de l'Alsace depuis la révolution (Charles Kieffer Ancien archiviste de l'évèché de Strasbourg) - (A259 - AD67)

Paroisse protestante

Simultaneum 1715 à 1909

Dénomination : Luthérienne
Membre de : Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine
Inspection de : Wissembourg - Consistoire de : Niederbronn

Temple : 5 rue de la Paix 67110 Gundershoffen

 

 

 

 

 

Adresse

1 place du Tilleul
67110 Gumbrechtshoffen

Horaires d'ouverture

Le Mardi : de 10h00 à 12h00 et de 18h00 à 19h00
Du Mercredi au Jeudi : de 10h00 à 12h00
Le Vendredi : de 10h00 à 12h00 et de 18h00 à 19h00

Contacts

Téléphone : +33 3 88 72 91 21
Télécopie : +33 3 88 72 83 86
Courriel : vil-gumbrechtshoffen [ à ] wanadoo.fr

mairie gumbrechtshoffen

Arrondissement : Haguenau

Canton : Niederbronn-les-Bains

Code commune : 67174

Habitants : Gumbrechtshoffenois, Gumbrechtshoffenoises 

 

 Images

Aperçu historique

Gumbrechtshoffen-Niederbronn & Gumbrechtshoffen-Oberbronn (Gumpreshhoven 1232), deux villages du Bas-Rhin, arrondissement de Wissembourg, canton de Niederbronn, sur le chemin de Gundershoffen à Zinswiller ; ils sont séparés par la Zinsel et forment deux communes distintes dont la première à 583 habitants (286 cath. 274 luth. 23 diss) et la seconde 320 habitants (99 cath., 497, luth., 4 réf. 23 diss). Moulin à bé et battenderie.

Source : l'Alsace ancienne et moderne ou Dictionnaire topographie, historique et statistique du Haut et du Bas-Rhin (auteur : BAQUOL - Edition entièrement refondue par P. RISTELHUBER - 1865

 

 Le nom du village est dérivé de Gumpet (Gumpen) qui désigne en ancien haut allemand l'abreuvoir à bétail. Gumbrechtshoffen, porte d'azur au lion d'or lampassé de gueules. Déjà habitée du temps romain, la commune n'est mentionnée qu'en 1109, Gumprechtshoven (Reichsland II), 1232 Gumpreshoven, 1292 Gumbretzhoven, 1331 Gumbrechtshoven (E 186). Le village était partagé en deux par la Zinsel. Du côté Niederbronn se trouvait Nieder-Gumbrechtshofren ou Gumbrechtshoffen-Niederbronn, sur l'autre rive Ober- Gumbrechtshoffen ou Gumbrechtshoffen-Oberbronn. Par arrêté préfectoral du 16.08. 1945 Gumbrechtshoffen-Niederbronn devient Gumbrechtshoffen qui englobe les deux parties.


Nieder-Gumbrechtshoffen est une possession des ducs de Lorraine dès le Xlle siècle qui revient en mouvance à 1' évêché de Strasbourg qui redonne le fief aux Lorrains. Le village passe en 1330 aux OCHSENSTEIN et entre dans le baillage de Niederbronn puis dans l'héritage des HANAU-LICHTENBERG en 1570, et revient après un procès plus que séculaire en 1709 aux héritiers de LINANGE. Avant la Révolution, Nieder-Gumbrechtshoffen appartient à la famille de DIETRICH.
Ober-Gumbrechtshoffen est une ancienne possession impériale aux mains des Landgraves de Basse-Alsace. Ulrich de WERD vend ses droits sur Ober- Gumbrechtshoffen aux LICHTENBERG le 9 mars 1332. La commune passe dans le bailliage d'Oberbronn. En 1440 Ober- Gumbrechtshoffen tombe dans l'héritage de Louis de LICHTENBERG et revient en 1480 à Symon Wecker de DEUX-PONTS BITCHE par Else de LICHTENBERG, son épouse.
En 1453 les revenus des LICHTENBERG sur la commune se montent à 19 livres, 15 schillings et 19 poules et chapons. En 1551 la commune est vendue aux LINANGE- WESTERBOURG.


Au cours de la Guerre de Trente Ans et en particulier en 1645 la commune était inhabitée.


A la fin du XVIIIe siècle la commune appartient à la Princesse de HOHENLOHE, WALDENBOURG, BARTENSTEIN, Comtesse de Löwenhaupt. Au point de vue religieux, la Réforme fut introduite en 1568 dans les deux Gumbrechtshoffen. Simultaneum depuis la fin du XVlle siècle jusqu'à la construction de 1' église catholique Saint-Barthélémy en 1905. Les protestants rachètent alors la part catholique pour la somme de 5.500 Marks.


A.M.


Bibl. : PETER D., La seigneurs d'Oberbronn au XVIIIe siècle, Mém. de maîtrise, Strasbourg, 1 983 ;
SIFFER J.A., Notice sur diverses antiquités découvertes à Gumbrechtshoffen (bulletin n° 17 2e série de la Société pour la conservation des Monuments historiques).
ENCYCLOPEDIE DE L'ALSACE - Editions Publitotal, Strasbourg, 1985

Blason

 Gumbrechtshoffen

D'azur au lion d'or lampassé de gueules

L'armorial des communes du Bas-Rhin, Strasbourg

Etymologie

alsace ; Gumbertshoffe ; Gompreshhoven 1232. ► «la propriété de Gombert ». Du suffixe –hoffen « propriété » précédé du nom d'homme germanique Gumbrecht (> français Gombert), issu d'un plus ancien Gundberht « illustre au combat » (de gund « combat » et berht « illustre »). ►► Autre explication ; du gauloi comboros « confluent » (> germ. * gumber-) ou tout aussi bien du pré-celtique condate « confluent » qui, adapté sous la forme gund- en germanique, se retrouve souvent à la jonction de deux cours ou pièces d'eau. Le village est situé à 2 km en amont du confluent de la Zinsel du nord et du Falkensteinbach, sur la Zinsel.


Lieux dits – Dictionnaire étymologique et historique des noms de lieux en Alsace Editions du Rhin – Michel Paul URBAN 

Travaux réalisés

Dépouillement :

Paroisse catholique

  • Baptêmes, Mariages, Sépultures (Auteur : FAN-GENEALOGIE)

Paroisse protestante

  • Baptêmes, Mariages, Sépultures (Auteur : FAN-GENEALOGIE)

gumbrechtshoffen bms  gumbrechtshoffen rpb  gumbrechtshoffen rpm  gumbrechtshoffen rps

Les dépouillements sont consultables dans notre base de données (consultation réservée aux membres). Il est aussi possible d'acquérir les publications cart

Liste des maires

2001 à .... Fernand FEIG

Paroisse

Catholique

Eglise Saint Bathélemy simultaneum 1687 à 1855 ,  paroisse du CHAPITRE RURAL du HAUT-HAGUENAU

voir Gundershoffen dont elle est une annexe, Gumbrechtshoffen, passée à la Réforme en 1570, Simultaneum en 1687 (RL II, 373)

Collateur : le roi

RP Gumbrechtshoffen : B 1757, M 1754, D 1754

Chapelle Saint-Symphorien

1855 WALTER Jacques + 1872
1871 GROSSSTEPHAN Guillaume
1878 ROELLY Joseph
1885 LINTZ Jean-Baptiste
1886 KUGEL Joseph
1895 SCHOENHAL Joseph
1906 KOEHREN Jean
1911 SENSENBRENNER Joseph
1917 Aum. PETERS Charles
1920 SCHMITT Joseph
1926 ANDRES Alphonse

Source : Le clergé séculier et régulier de l'Alsace depuis la révolution (Charles Kieffer Ancien archiviste de l'évèché de Strasbourg) - (A259 - AD67)

Protestante

Eglise Saint-Barthélemy (simultanéum), nouvelle église 1833

Dénomination : Luthérienne
Membre de : Eglise Protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine
Inspection de : Wissembourg - Consistoire de : Oberbronn

Calvinistes : voir Oberbronn

Adresse

25, rue Principale
67350 Grassendorf

Horaires d'ouverture

Le Lundi : de 17h00 à 19h00

Contacts 

Téléphone : +33 3 88 07 72 58

Télécopie : +33 3 88 07 72 58

Courriel : mairie.grassendorf [ à ] payszorn.com

 

 

 

 

 

mairie grassendorf

Arrondissement : Strasbourg Campagne

Canton : Hochfelden

Code commune : 67166

Habitants : Grassendorfois, Grassendorfoises

Images

 cp grassendorf

 

Aperçu historique

village du Bas-Rhin, arrondissement de Saverne, canton de Hochfelden, près des chemins de Zinswiller à Brumath et de Wasselonne à Pfaffenhoffen. 313 habitants (cath.), Ce village, autrefois impériale, fut fondé par des émigrés français.

Source : l'Alsace ancienne et moderne ou Dictionnaire topographie, historique et statistique du Haut et du Bas-Rhin (auteur : BAQUOL - Edition entièrement refondue par P. RISTELHUBER - 1865)

Grassendorf est un ancien village impérial du Grand Bailliage de Haguenau. Le village, qui avait perdu la majeure partie de sa population lors de la Guerre de Trente ans, fut repeuplé par des immigrants français.

ENCYCLOPEDIE DE L'ALSACE - Editions Publitotal, Strasbourg, 1985

Bachhofen, village disparu avant la guerre de Trente Ans, formait autrefois avec sa filiale Grassendorf une unique paroisse. La ruine de l'église Saint Ulrich de Bachhofen fut démolie vers 1841. Au milieu du XVIIe siècle, la commune connaît une importante arrivée d'immigrants en provenance de Picardie et plus particulièrement de la Thiérache.

WIKIPEDIA

Blason

Grassendorf

D'azur à Sainte Agathe martyre d'or

L'armorial des communes du Bas-Rhin, Strasbourg

Etymologie

Alsace ; Gràssendorf ; Grosinhaim 736. > « le village dans le creux » Du gaulois Croso « creux », ressortissant à la racine paléo-européenne KR « abri, fermer ». Attraction paronymique de l'allemand Gras « herbe ». Noter le changement du suffixe –heim > -dorf.


Lieux dits – Dictionnaire étymologique et historique des noms de lieux en Alsace Editions du Rhin – Michel Paul URBAN

 

Travaux

Dépouillement

  • Les baptêmes, Mariages et Sépultures (Auteur : FAN-GENEALOGIE)

grassendorf bms

 Les dépouillements sont consultables dans notre base de données (consultation réservée aux membres). Il est aussi possible d'acquérir les publications cart

 

Maire

2001 - ...

Bernard INGWILLER

Paroisse

Eglise Sainte Agathe, paroisse du CHAPITRE RURAL du HAUT-HAGUENAU

Anciennement filiale de Bachofen (détruite pendant la guerre de Trente Ans), puis annexe de Morschwiller jusqu'en 1724, desservie d'abort par un vivaire.

Revenue paroisse en juillet 1724 (voir RP M, page 1 et 2)

Registres paroissiaux : B 1724, M 1725, D 1724

Curés

1724 - 1728 Georges DUCLOUX
1728 - 1732 + F. Joseph SCHWEDI d'Andlau
1732 - 1744 Aug. F. Antoine SAIGUELIUS de Colmar
1744 + F. Etienne ZAEPFFEL de Sélestat
1745 - 1750 Mattieu SCHLATTER d'Ebersheim
1760 - 1771 + F. Joseph VOGT
1771 - 1793 Et. Arbogast MOSER d'Obernai
1780 - 1793 Antoine HECKEL, administrateur de Behlenheim

Vicaires

1727 Luc RIETH
1751 - 1752 Claude SCHMITT
1758 F. Joseph COLIN de Saales
1780 Antoine HECKEL de Behlenheim

voir : Adam A. Un chapitre rural, page 81 "en 1725 annexe de Bitschhoffen", erreur pour Bachofen ; " en 1782 pas de curé ", mais toujours MOSER, incapable d'assurer ses fonctions, remplacé par un administrateur.

 Source : répertoire du clergé d'Alsace sous l'ancien régime 1648 - 1792 (A262 - AD67)

1780 HECKEL Antoine, + 1825
1823 HUMANN Bernard
1829 LAVANCHE Chrétien + 1863
1863 KIEFFER Michel
1876 CASPAR Joseph
1888 SCHMITT Joseph
1895 LANG Antoine + 1901
1901 HOERTER Fr.-Xavier
1903 SPECHT Charles
1913 KERCHENMEYER Alphonse
1925 RISCH Emile + 1927

Source : Le clergé séculier et régulier de l'Alsace depuis la révolution (Charles Kieffer Ancien archiviste de l'évèché de Strasbourg) - (A259 - AD67)

Eglise paroissiale de Sainte Agathe. Collateur : l'abbé de Stürzelbronn. BACHHOFFEN, détruit Eglise de Saint Ulrich

Qui est en ligne ?

Nous avons 76 invités et aucun membre en ligne

Aller au haut